Alcools trompeurs

Chapitre 20

« Elle décida de regagner Saint-Raphaël par la corniche. C’était un choix insensé, stupide. Mais elle s’entêta. »

Accident d'un amour extravagant

Une folie !!!

Alice a mis toutes ses cartes à plat. Elle livre sa peau, ses pensées, son avenir, son espoir, ses tripes à un homme-mirage, à un amant de papier.

Carte de choix d'un amour extravagant

Dans les ténèbres, on ne reconnait plus rien, on ne sait plus se diriger.

Ce trajet sur la corniche complètement éméchée, c’est un appel au secours, un défi, un acte déraisonnable, un pied-de-nez à la vie, un appel macabre.

On ne sait rien d’Alice, de son passé d’enfant unique. On présume que ça n’a pas été simple et que le mariage avec Didier n’a pas réussi à combler le manque d’amour maternel.

La liaison avec l’amant de papier non plus.

Des fruits amers

Les tentatives de se mettre en relation, portées par la désespérance, ne produisent que des fruits amers.

Le fruit amer de cette descente aux enfers, c’est la colère, l’amertume et la rage.

Alice ignore ce qu’elle a accumulé en elle :  toute cette douleur et quelques verres de trop suffisent à la faire déraper.

Elle dérape dans le salon du Negresco. Quelle mère sensée peut parler comme elle le fait à sa fille ?

Alcool d'un amour extravagant

Arrêter sa course folle ?

Un arrêt dans sa course folle vers cet appétit de fusion, de ce qu’elle croit désirer.

Une occasion de se reprendre, de réfléchir.

Mais aura-t-elle le courage de faire une halte, de chercher au plus profond d’elle-même la raison de son mal ? Où repartira-t-elle de plus belle ? Elle, la passionnée, à la recherche de cet Amour extravagant qui lui échappe encore et encore…

Escalier d'un amour extravagant

« Mais ils refusèrent d’être attentifs, ils eurent l’épaule rebelle, et ils endurcirent leurs oreilles pour ne pas entendre. »  Zacharie 7 :11

« Revenez à moi, et je reviendrai à vous, dit l’Éternel des armées. Et vous dites: En quoi devons-nous revenir? »  Malachie 3 :7

Chapitre 8 – La douleur qui se venge.

mer de nuages“Alice fixa à nouveau le carton puis leva les yeux vers Fabrizio qui lui souriait amicalement. Elle rangea la carte de visite dans le dossier et voulut se lever pour prendre congé.
Comme une frêle embarcation malmenée par le courant. Alice sentit le sol tanguer sous ses pieds. Un épais nuage noir l’enveloppa. Elle s’évanouit en poussant un faible gémissement.” … “Lorsqu’elle reprit conscience, elle était étendue sur le sofa du salon attenant au bureau de Fabrizio….
« Je dois partir car j’ai un rendez-vous important à l’extérieur dans quinze minutes mais je vous confie aux bons soins Angelina. Prenez tout votre temps…… Nous nous reverrons bientôt pour la signature chez le notaire. Prenez soin de vous, Alice. Je vous souhaite un joyeux Noël ! Allez, Bellissima, je vous laisse maintenant… » Fabrizio ponctua son « bellissima » d’un sourire éblouissant et quitta la pièce. Alice referma les yeux et chercha son souffle. Une douleur ancienne se frayait un passage entre ses seins.

En repensant à mon propre combat pour nier la souffrance, écarter les souvenirs, rationaliser ce que je vivais et quand je constate les ravages du déni dans la vie de personnes qui me sont proches ou de ceux qu’il m’arrive de conseiller, j’en suis arrivée aux quatre conclusions suivantes :

Vivre, c’est accepter la douleur.
Il n’existe pas de vie parfaite et idéale.
Dieu ne supprimera pas la douleur par magie.
Mais en acceptant d’avoir mal, nous ouvrons ainsi notre coeur à Sa présence guérissante et à un processus de vérité et de reconstruction.

Mon “Alice” commence juste à comprendre que quelque chose de terrible se prépare. Cette ancienne douleur, celle d’un chagrin très ancien, d’un deuil non résolu, qu’elle n’arrive pas à identifier, cette douleur veut se manifester !

Face à nos pertes, nous choisissons de nier la douleur et négligeons d’identifier nos émotions, de donner un nom et un sens à ce que nous ressentons sur le moment même.
Nous avons nos formules toutes faites pour chasser le mal à notre manière :
“Ça va passer !”
“C’est pas si grave !”
“Le temps arrangera les choses”
“Un de perdus, dix de retrouvés”,
“Passons à autre chose”.

Mais non ! Notre cerveau ne peut pas supprimer la douleur. Il la garde prisonnière et le drame c’est que la petite voix qui proteste en nous finira par se calmer, par se taire…
Il faudra un évènement qui fasse office de déclencheur pour la libérer.
Mais dans sa prison, notre douleur s’est nourrie, elle se vengera et vous explosera à la figure.

J’ai mal pour mon “Alice”.
J’ai mal pour toutes ces femmes et ces hommes qui se taisent, impuissants, fiers et inconscients de ce qui se trame dans leur être profond.

chagrin de femme

“Sonde-moi, O Dieu et connais mon coeur”
“Éprouve-moi et connais mes pensée”
“Regarde si je suis sur une mauvaise voie”
“Et conduis-moi sur la voie de l’éternité”.

Prière du Roi David, homme de foi, homme de guerre, homme de passion.

Traitons nos douleurs avant qu’elles ne se vengent.

Parlons selon la vérité et avec sagesse à notre prochain. Si nous avons été offensés, agissons : exprimons-nous avec respect, allons voir l’offenseur, (prenons un tiers comme témoin si c’est un agresseur), parlons de nos douleurs à une personne sûre.
Et demandons au Créateur de nous ouvrir les yeux.

Apprendrons-nous à cheminer avec nos douleurs ?
“La vérité nous rendra libre”.

Chapitre 3 – Le coffret et les secrets du coeur

coffret

“…son attention fut attirée par quelque chose posé là au fond de l’armoire.
L’objet, un coffret ancien rectangulaire peint à la main muni d’un couvercle bombé et d’un cadenas doré, datait des années vingt.”

Certains objets ont une valeur inestimable. Ils nous rattachent à des souvenirs, à des êtres chers.
Notre coeur est aussi cet écrin précieux où nous avons enfermé nos douleurs, nos rêves et notre besoin d’être aimés
La psychologie nous dit que nous pouvons avoir accès à une partie de ces ressources enfouies mais la vérité est qu’il faut bien des années et des efforts pour puiser dans notre inconscient et nous reconnecter à nous-mêmes. Les séances de psychanalyses s’avèrent parfois exténuantes, quand elles ne restent pas infructueuses.
Mais celui qui nous façonnés connaît tout de notre vie, des tréfonds de notre âme.

Dans le psaume 139, il est dit ceci
“Tu me sondes et tu me connais, tu sais quand je m’assieds et quand je me lève… tu pénètres de loin ma pensée.”

L’être désemparé devant ses propres émotions, ses propres reculs et ses réactions, peut toujours s’adresser à son Créateur (ce que les personnes appellent parfois “puissance supérieure”.
Il peut crier comme le psalmiste “Sonde-moi O Dieu et connais mon coeur , éprouve-moi et connais mes pensées, regarde si je suis sur une mauvaise voie et conduis-moi sur la voie de l’Eternité.
N’importe qui, au creux de la nuit peut prononcer cette prière.
Personnellement, je crois que “celui qui cherche trouve” et que les clefs pour faire la clarté dans nos vies sont accessibles. La foi (la confiance), l’authenticité et la transparence, l’humilité pour accepter ce que nous ne pouvons pas changer et le courage pour faire un pas en avant sont des qualités importantes quand on veut sortir du brouillard, comprendre nos propres désirs.
Quand nos rêves perdus sont enfermés à double tour, nous avons le sentiment que la vraie vie s’est arrêtée.
Jésus a dit “Je suis la lumière du monde, celui qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres mais il aura la lumière de la vie”.
A tout moment, il est possible de porter nos coffrets et leurs secrets à Dieu. Il nous parlera par des songes, des pensées, et pleins d’autres moyens pour nous amener à retrouver notre vrai “moi”.

Car l’Amour ne supporte pas les masques et Dieu s’emploiera avec douceur à nous aider à les retirer… si nous le désirons.