Si seulement ou la porte du désir.

Les si et la puissance du désir – Piège ou opportunité ? 

Chapitre 16

écran de désir

« Alice imaginait déjà leur rencontre à l’aéroport JFK. Juan lui donnerait un baiser sur la joue et prendrait sa valise ; ils traverseraient le hall et gagneraient le parking. Et là, au détour d’une allée, sous la lumière d’un néon criard, Juan la presserait contre lui…Il lui donnerait un baiser qui lui emporterait la bouche… »

Désir et frustration : un cocktail détonnant.

Tous les psychanalystes et les spécialistes des neurosciences l’affirment : c’est du manque que nait la frustration et de la frustration que nait le désir. Le désir est alimenté par la capacité à imaginer, à rêver, à produire une réalité qui nous échappe encore. Nous ne sommes que désir, affirment-ils !
Il suffit qu’un “objet”, une personne nous ait échappés pour que l’état de manque s’installe. Les amours inachevées, les histoires suspendues réveillent lorsque nous sommes au creux de la vague, dans la solitude d’une vie conjugale monotone, des appétits, des images imprécises de ce que notre vie aurait pu être si…
Les si ont un puissance redoutable. Ils enflamment notre imagination, nous poussent à aller chercher plus loin notre bonheur. Parfois, ils révèlent un besoin de conquête, de changement.
Et si nous avions pu concrétiser notre projet ?
Et si nous nous étions rencontrés pour de bon ? Et si… il était l’homme de ma vie ?

regard de désirCertaines personnes rationalisent, refoulent cette percée du désir. Ils font des tableaux dans des journaux intimes, pesant en colonnes le pour et le contre. Dois-je renoncer à cet engagement ?Dois-je quitter mon travail , Dois-je dire la vérité sur ce que je ressens ? D’autres, au travers d’une crise plus profonde, au détour d’un moment de lucidité douloureuse laissent affleurer ce désir ? Désir de vie la plupart du temps avant que le désir de mort ne s’insinue, quand le désir de vie ne trouve pas son objet.
Tous ces “si”, ces images de bonheurs inaccomplis, de paroles non-dites, tous ces pourquoi partent à l’assaut de notre petit coeur, de notre imagination, de nos émotions en bataille.

couleurs du désir

Une culture des « si » qui nous exaltent et nous enchaînent. 

S’imposant, la nuit, le jour, les “si” arrivent parfois à nous vaincre. Leur capacité persuasive nous fait entrer dans le monde des fantasmes (je parle ici de rêves puissants pas de perversions) et nous introduisent dans un avenir où tout est plus beau, plus clair, plus facile.
C’est humain. Mais ce processus qui libère nos souvenirs parfois embellis et nous fait remonter l’horloge du temps, masque aussi la dureté de la vie, l’inexorable réalité de nos blessures, de nos limites et de celles de l’autre.

Les romanciers adorent les “si”.

Ils en font leur nourriture quotidienne pour bâtir leurs histoires, inventer un rebondissement, renforcer le rôle d’un personnage.

L’ amour courtois, le courant romantique, les contes de fées qui nous narrent la transformation du crapaud en merveilleux prince charmant, le fameux adage, « ils vécurent longtemps heureux et eurent beaucoup d’enfants » ont façonné notre inconscient depuis notre tendre enfance… Nous en sommes tous les victimes conscentantes…

Dans la quête d’amour, d’un amour vrai et sincère, on peut se perdre. Se noyer dans des souvenirs, dans un « après » qui nous fait trembler.

Mais comment rêver sa vie quand l’envie est partie ? Comment reprendre le cours d’une existence insignifiante et vide et reconstruire ce qui n’est plus que cendres ?

Alice cherche sa voie et à cet instant précis, alors que le « Si » de l’être aimé et perdu il y a tant d’années murmure à son âme assoiffé, le besoin primaire d’être entourée, chérie, reconnue dans sa féminité lui fait perdre la tête.

Et vous, où en êtes-vous de vos ambitions, de vos rêves détruits, de vos chimères, des souvenirs qui vous taraudent ?

Un  autre « Si » à la hauteur de nos désirs, de nos détresses et de nos manques.

Celui qui vous a créé connait votre besoin. Il fait entendre sa voix avec un Si qui résonne comme un appel. L’engagement de l’Amour qui soutient tout l’univers.

« Jésus lui répondit: Si tu connaissais le don de Dieu et qui est celui qui te dit: Donne-moi à boire! tu lui aurais toi-même demandé à boire, et il t’aurait donné de l’eau vive. » Jean 4 /10

amour vrai et désir de aimer

Qu’en sera-t-il d’Alice ?

La suite est à découvrir dans https://www.amazon.fr/amour-extravagant-L%C3%AEle-rouge-ebook/dp/B01LXNPQVR

La Saint-Valentin d’Alice ou la valse des sentiments

La Saint-Valentin d’Alice ou la valse des sentiments. 

« Ce soir-là, Didier et elle dînèrent en silence.

Alice, qui aimait éveiller les papilles de son mari en concoctant de bons petits plats, s’était contentée de préparer une salade verte et une omelette au parmesan. De toute façon, Didier se satisfaisait de peu. C’est elle qui se compliquait la vie pour lui faire plaisir ! Il mangeait toujours à toute allure sauf quand ils avaient des invités !

Ce soir, elle ne voyait plus pourquoi elle avait fait tant d’efforts pendant toutes ces années !

La dernière bouchée d’omelette avalée, Didier se leva brusquement, repoussa sa chaise sous la table et quitta la pièce en grommelant « je suis fatigué, je vais me coucher ». Il avait pris cette habitude depuis quelques mois et Alice supportait ses désertions avec fatalisme.

Elle regarda son assiette. Les larmes lui montèrent aux yeux.

Aujourd’hui, c’était la Saint-Valentin !

Son cœur se serra. Elle mit la vaisselle sale dans l’évier et gagna son bureau.

« Ma chère Alice, Hier comme c’était la Saint-Valentin, j’ai fait un poème pour toi. Accepte-le s’il te plait ! C’est mon cadeau pour toi, querida mia , en l’honneur de nos retrouvailles. Chau . »

***

Un monde entre la vie conjugale et la vie rêvée !

Un gouffre entre la solitude, l’ennui d’une relation conjugale qui s’étiole et cette tentation de vivre l’inconnu, de recevoir avec gratitude une invitation à s’échapper du quotidien mortifère.

Et quelle invitation !

Pour Alice, c’est cette magie de la « Saint-Valentin » portée par un désir languissant de considération et de romance mélés, qui va mettre le feu aux poudres.

 

 

Ce petit “rien” qui bouleverse…

Une petite étincelle, un poème, rien de bien « méchant » et voilà que tout bascule.

En addition à cet extrait du roman “Un amour extravagant”, je voudrais offrir, en ce jour de Saint-Valentin, à tous mes lecteurs ou futures lecteurs, une réflexion personnelle sur cette fête qui sème l’illusion, le désespoir et l’envie dans les cœurs blessés, et ne garantit rien. Vraiment rien !

Ecoutez “L’amour peut-il se programmer ?” et retrouver le texte et les photos sur

www.alliance-ruthetnoemie.org

Chapitre 1 – “Son bureau. Sa caverne. Loin d’elle…”

fenetre-bureau-didier

 

Mon petit clin d’oeil d’oeil au livre formidable de John Gray.

“Les hommes viennent de Mars et les femmes de Vénus”.

 

Ce ne pourrait être qu’une description de cette habitude masculine qui conduit l’homme à s’isoler pour réfléchir, méditer et trouver des solutions à ses problèmes.

Mais de l’isolement temporaire à la fracture, il n’y a qu’une ligne fine, ténue…

Souffrez-vous de manque de communication dans votre couple ? De vraie communication ? Ou avez-vous simplement du mal à accepter le repli temporaire de votre mari dans sa caverne ?
Posez-vous la question honnêtement.
Vous questionnez-vous sur votre capacité à être indépendante ?
Avez-vous des occupations personnelles, des amies à qui vous confier ?

Faites le point avant que les tensions, les non-dits et le silence ne vous enferment tous les deux dans une spirale de désenchantement et de mal-être !