Chapitre 8 – Je n’ai pas le temps !

 

Scarlett O Hara un amour extravagant

“Elle ne devait pas faiblir. Elle devait oublier !
Dans quelques jours, ce serait Noël, le temps des retrouvailles, l’odeur du sapin… Geoffroy et Laura, Sophie et Didier… Sa vie était là ; elle n’était pas parfaite, mais c’était sa vie. Tout ce qu’elle connaissait par cœur.
Dans un moment de crise, Scarlett O’Hara, son héroïne préférée, avait eu cette phrase admirable : « Je ne pleurerai pas … pas maintenant … je n’ai pas le temps ».
Alice ravala ses larmes et rejoignit sa voiture en pressant le pas. Elle fouilla dans la boite à gants et dans les poches de son manteau à la recherche d’un paquet de kleenex et sourit malgré elle.
Elle venait de comprendre la raison pour laquelle elle aimait tant Scarlett O’Hara. Elles avaient un point commun : Scarlett et elle n’avaient jamais de mouchoir sous la main dans les moments où elles en avaient le plus besoin !
Alice fit ronfler le moteur de sa voiture et démarra en trombe.”

Je n’ai pas le temps !
C’est fou comme nous nous donnons des excuses ! Comme si nous n’avions aucune capacité de choisir, de décider de nos journées. Pendant des saisons plus ou moins longues de notre existence, nous avons le sentiment pénible d’être pressés par nos obligations quotidiennes. En cage.
En région parisienne où j’ai habité pendant une vingtaine d’années, des milliers de femmes doivent jongler avec un emploi du temps démentiel : deux heures de transport ou davantage, entre 7 et 9 heures de travail. Et en rentrant à la maison, la préparation du repas souvent sacrifiée, le bain au tout petit récupéré en vitesse chez la nourrice ont raison de la capacité à réfléchir et prendre du recul. Le week-end, corvées ménagères, courses, Un sentiment d’épuisement et d’impuissance s’installe, tenace et submerge les mamans quand arrive le dimanche soir.
On comprend que dans ces conditions, il ne reste plus de place ou d’énergie pour se demander la raison de toute cette agitation. On en arrive à accepter sa situation comme une fatalité. A quoi bon lutter face à ce torrent qui nous emporte ?
Parfois, la petite voix mensongère qui nous susurre que nous n’avons pas le temps est plus subtile…
Aux carrefours de nos vies, quand des choix douloureux s’imposent, quand il faut se regarder en face, évaluer son travail, parler à cœur ouvert à un proche ou à une amie, notre paresse naturelle, ce besoin intrinsèque d’éviter la douleur, de différer les changements qui s’imposent parle plus fort que notre souffrance.
« Je n’ai pas le temps », « On verra ça pendant les vacances ».
Demain… ou jamais ?
Alice n’est pas débordée. Elle a tout le temps pour réfléchir à sa vie mais la peur la domine et la paralyse.
Lorsque des questions dérangeantes se présentent, que décidons-nous ?
Le drame de Scarlett O’Hara, l’héroïne d’Autant en emporte le vent », c’est d’être passée à côté de son bonheur en fuyant la vérité et en négligeant d’écouter son cœur profond.
Tôt ou tard, nos choix, nos lâchetés et notre passé nous rattrapent.
Aujourd’hui, faisons un pas vers la maturité.
Choisissons de nous arrêter pour réfléchir, pour méditer et prier (si nous sommes croyants).
Il n’est jamais trop tard.
Et n’oublions pas nos mouchoirs !

 

Chapitre 8 – La douleur qui se venge.

mer de nuages“Alice fixa à nouveau le carton puis leva les yeux vers Fabrizio qui lui souriait amicalement. Elle rangea la carte de visite dans le dossier et voulut se lever pour prendre congé.
Comme une frêle embarcation malmenée par le courant. Alice sentit le sol tanguer sous ses pieds. Un épais nuage noir l’enveloppa. Elle s’évanouit en poussant un faible gémissement.” … “Lorsqu’elle reprit conscience, elle était étendue sur le sofa du salon attenant au bureau de Fabrizio….
« Je dois partir car j’ai un rendez-vous important à l’extérieur dans quinze minutes mais je vous confie aux bons soins Angelina. Prenez tout votre temps…… Nous nous reverrons bientôt pour la signature chez le notaire. Prenez soin de vous, Alice. Je vous souhaite un joyeux Noël ! Allez, Bellissima, je vous laisse maintenant… » Fabrizio ponctua son « bellissima » d’un sourire éblouissant et quitta la pièce. Alice referma les yeux et chercha son souffle. Une douleur ancienne se frayait un passage entre ses seins.

En repensant à mon propre combat pour nier la souffrance, écarter les souvenirs, rationaliser ce que je vivais et quand je constate les ravages du déni dans la vie de personnes qui me sont proches ou de ceux qu’il m’arrive de conseiller, j’en suis arrivée aux quatre conclusions suivantes :

Vivre, c’est accepter la douleur.
Il n’existe pas de vie parfaite et idéale.
Dieu ne supprimera pas la douleur par magie.
Mais en acceptant d’avoir mal, nous ouvrons ainsi notre coeur à Sa présence guérissante et à un processus de vérité et de reconstruction.

Mon “Alice” commence juste à comprendre que quelque chose de terrible se prépare. Cette ancienne douleur, celle d’un chagrin très ancien, d’un deuil non résolu, qu’elle n’arrive pas à identifier, cette douleur veut se manifester !

Face à nos pertes, nous choisissons de nier la douleur et négligeons d’identifier nos émotions, de donner un nom et un sens à ce que nous ressentons sur le moment même.
Nous avons nos formules toutes faites pour chasser le mal à notre manière :
“Ça va passer !”
“C’est pas si grave !”
“Le temps arrangera les choses”
“Un de perdus, dix de retrouvés”,
“Passons à autre chose”.

Mais non ! Notre cerveau ne peut pas supprimer la douleur. Il la garde prisonnière et le drame c’est que la petite voix qui proteste en nous finira par se calmer, par se taire…
Il faudra un évènement qui fasse office de déclencheur pour la libérer.
Mais dans sa prison, notre douleur s’est nourrie, elle se vengera et vous explosera à la figure.

J’ai mal pour mon “Alice”.
J’ai mal pour toutes ces femmes et ces hommes qui se taisent, impuissants, fiers et inconscients de ce qui se trame dans leur être profond.

chagrin de femme

“Sonde-moi, O Dieu et connais mon coeur”
“Éprouve-moi et connais mes pensée”
“Regarde si je suis sur une mauvaise voie”
“Et conduis-moi sur la voie de l’éternité”.

Prière du Roi David, homme de foi, homme de guerre, homme de passion.

Traitons nos douleurs avant qu’elles ne se vengent.

Parlons selon la vérité et avec sagesse à notre prochain. Si nous avons été offensés, agissons : exprimons-nous avec respect, allons voir l’offenseur, (prenons un tiers comme témoin si c’est un agresseur), parlons de nos douleurs à une personne sûre.
Et demandons au Créateur de nous ouvrir les yeux.

Apprendrons-nous à cheminer avec nos douleurs ?
“La vérité nous rendra libre”.