Si seulement ou la porte du désir.

Les si et la puissance du désir – Piège ou opportunité ? 

Chapitre 16

écran de désir

« Alice imaginait déjà leur rencontre à l’aéroport JFK. Juan lui donnerait un baiser sur la joue et prendrait sa valise ; ils traverseraient le hall et gagneraient le parking. Et là, au détour d’une allée, sous la lumière d’un néon criard, Juan la presserait contre lui…Il lui donnerait un baiser qui lui emporterait la bouche… »

Désir et frustration : un cocktail détonnant.

Tous les psychanalystes et les spécialistes des neurosciences l’affirment : c’est du manque que nait la frustration et de la frustration que nait le désir. Le désir est alimenté par la capacité à imaginer, à rêver, à produire une réalité qui nous échappe encore. Nous ne sommes que désir, affirment-ils !
Il suffit qu’un “objet”, une personne nous ait échappés pour que l’état de manque s’installe. Les amours inachevées, les histoires suspendues réveillent lorsque nous sommes au creux de la vague, dans la solitude d’une vie conjugale monotone, des appétits, des images imprécises de ce que notre vie aurait pu être si…
Les si ont un puissance redoutable. Ils enflamment notre imagination, nous poussent à aller chercher plus loin notre bonheur. Parfois, ils révèlent un besoin de conquête, de changement.
Et si nous avions pu concrétiser notre projet ?
Et si nous nous étions rencontrés pour de bon ? Et si… il était l’homme de ma vie ?

regard de désirCertaines personnes rationalisent, refoulent cette percée du désir. Ils font des tableaux dans des journaux intimes, pesant en colonnes le pour et le contre. Dois-je renoncer à cet engagement ?Dois-je quitter mon travail , Dois-je dire la vérité sur ce que je ressens ? D’autres, au travers d’une crise plus profonde, au détour d’un moment de lucidité douloureuse laissent affleurer ce désir ? Désir de vie la plupart du temps avant que le désir de mort ne s’insinue, quand le désir de vie ne trouve pas son objet.
Tous ces “si”, ces images de bonheurs inaccomplis, de paroles non-dites, tous ces pourquoi partent à l’assaut de notre petit coeur, de notre imagination, de nos émotions en bataille.

couleurs du désir

Une culture des « si » qui nous exaltent et nous enchaînent. 

S’imposant, la nuit, le jour, les “si” arrivent parfois à nous vaincre. Leur capacité persuasive nous fait entrer dans le monde des fantasmes (je parle ici de rêves puissants pas de perversions) et nous introduisent dans un avenir où tout est plus beau, plus clair, plus facile.
C’est humain. Mais ce processus qui libère nos souvenirs parfois embellis et nous fait remonter l’horloge du temps, masque aussi la dureté de la vie, l’inexorable réalité de nos blessures, de nos limites et de celles de l’autre.

Les romanciers adorent les “si”.

Ils en font leur nourriture quotidienne pour bâtir leurs histoires, inventer un rebondissement, renforcer le rôle d’un personnage.

L’ amour courtois, le courant romantique, les contes de fées qui nous narrent la transformation du crapaud en merveilleux prince charmant, le fameux adage, « ils vécurent longtemps heureux et eurent beaucoup d’enfants » ont façonné notre inconscient depuis notre tendre enfance… Nous en sommes tous les victimes conscentantes…

Dans la quête d’amour, d’un amour vrai et sincère, on peut se perdre. Se noyer dans des souvenirs, dans un « après » qui nous fait trembler.

Mais comment rêver sa vie quand l’envie est partie ? Comment reprendre le cours d’une existence insignifiante et vide et reconstruire ce qui n’est plus que cendres ?

Alice cherche sa voie et à cet instant précis, alors que le « Si » de l’être aimé et perdu il y a tant d’années murmure à son âme assoiffé, le besoin primaire d’être entourée, chérie, reconnue dans sa féminité lui fait perdre la tête.

Et vous, où en êtes-vous de vos ambitions, de vos rêves détruits, de vos chimères, des souvenirs qui vous taraudent ?

Un  autre « Si » à la hauteur de nos désirs, de nos détresses et de nos manques.

Celui qui vous a créé connait votre besoin. Il fait entendre sa voix avec un Si qui résonne comme un appel. L’engagement de l’Amour qui soutient tout l’univers.

« Jésus lui répondit: Si tu connaissais le don de Dieu et qui est celui qui te dit: Donne-moi à boire! tu lui aurais toi-même demandé à boire, et il t’aurait donné de l’eau vive. » Jean 4 /10

amour vrai et désir de aimer

Qu’en sera-t-il d’Alice ?

La suite est à découvrir dans https://www.amazon.fr/amour-extravagant-L%C3%AEle-rouge-ebook/dp/B01LXNPQVR

Chapitre 8 – La douleur qui se venge.

mer de nuages“Alice fixa à nouveau le carton puis leva les yeux vers Fabrizio qui lui souriait amicalement. Elle rangea la carte de visite dans le dossier et voulut se lever pour prendre congé.
Comme une frêle embarcation malmenée par le courant. Alice sentit le sol tanguer sous ses pieds. Un épais nuage noir l’enveloppa. Elle s’évanouit en poussant un faible gémissement.” … “Lorsqu’elle reprit conscience, elle était étendue sur le sofa du salon attenant au bureau de Fabrizio….
« Je dois partir car j’ai un rendez-vous important à l’extérieur dans quinze minutes mais je vous confie aux bons soins Angelina. Prenez tout votre temps…… Nous nous reverrons bientôt pour la signature chez le notaire. Prenez soin de vous, Alice. Je vous souhaite un joyeux Noël ! Allez, Bellissima, je vous laisse maintenant… » Fabrizio ponctua son « bellissima » d’un sourire éblouissant et quitta la pièce. Alice referma les yeux et chercha son souffle. Une douleur ancienne se frayait un passage entre ses seins.

En repensant à mon propre combat pour nier la souffrance, écarter les souvenirs, rationaliser ce que je vivais et quand je constate les ravages du déni dans la vie de personnes qui me sont proches ou de ceux qu’il m’arrive de conseiller, j’en suis arrivée aux quatre conclusions suivantes :

Vivre, c’est accepter la douleur.
Il n’existe pas de vie parfaite et idéale.
Dieu ne supprimera pas la douleur par magie.
Mais en acceptant d’avoir mal, nous ouvrons ainsi notre coeur à Sa présence guérissante et à un processus de vérité et de reconstruction.

Mon “Alice” commence juste à comprendre que quelque chose de terrible se prépare. Cette ancienne douleur, celle d’un chagrin très ancien, d’un deuil non résolu, qu’elle n’arrive pas à identifier, cette douleur veut se manifester !

Face à nos pertes, nous choisissons de nier la douleur et négligeons d’identifier nos émotions, de donner un nom et un sens à ce que nous ressentons sur le moment même.
Nous avons nos formules toutes faites pour chasser le mal à notre manière :
“Ça va passer !”
“C’est pas si grave !”
“Le temps arrangera les choses”
“Un de perdus, dix de retrouvés”,
“Passons à autre chose”.

Mais non ! Notre cerveau ne peut pas supprimer la douleur. Il la garde prisonnière et le drame c’est que la petite voix qui proteste en nous finira par se calmer, par se taire…
Il faudra un évènement qui fasse office de déclencheur pour la libérer.
Mais dans sa prison, notre douleur s’est nourrie, elle se vengera et vous explosera à la figure.

J’ai mal pour mon “Alice”.
J’ai mal pour toutes ces femmes et ces hommes qui se taisent, impuissants, fiers et inconscients de ce qui se trame dans leur être profond.

chagrin de femme

“Sonde-moi, O Dieu et connais mon coeur”
“Éprouve-moi et connais mes pensée”
“Regarde si je suis sur une mauvaise voie”
“Et conduis-moi sur la voie de l’éternité”.

Prière du Roi David, homme de foi, homme de guerre, homme de passion.

Traitons nos douleurs avant qu’elles ne se vengent.

Parlons selon la vérité et avec sagesse à notre prochain. Si nous avons été offensés, agissons : exprimons-nous avec respect, allons voir l’offenseur, (prenons un tiers comme témoin si c’est un agresseur), parlons de nos douleurs à une personne sûre.
Et demandons au Créateur de nous ouvrir les yeux.

Apprendrons-nous à cheminer avec nos douleurs ?
“La vérité nous rendra libre”.

Chapitre 3 – Le coffret et les secrets du coeur

coffret

“…son attention fut attirée par quelque chose posé là au fond de l’armoire.
L’objet, un coffret ancien rectangulaire peint à la main muni d’un couvercle bombé et d’un cadenas doré, datait des années vingt.”

Certains objets ont une valeur inestimable. Ils nous rattachent à des souvenirs, à des êtres chers.
Notre coeur est aussi cet écrin précieux où nous avons enfermé nos douleurs, nos rêves et notre besoin d’être aimés
La psychologie nous dit que nous pouvons avoir accès à une partie de ces ressources enfouies mais la vérité est qu’il faut bien des années et des efforts pour puiser dans notre inconscient et nous reconnecter à nous-mêmes. Les séances de psychanalyses s’avèrent parfois exténuantes, quand elles ne restent pas infructueuses.
Mais celui qui nous façonnés connaît tout de notre vie, des tréfonds de notre âme.

Dans le psaume 139, il est dit ceci
“Tu me sondes et tu me connais, tu sais quand je m’assieds et quand je me lève… tu pénètres de loin ma pensée.”

L’être désemparé devant ses propres émotions, ses propres reculs et ses réactions, peut toujours s’adresser à son Créateur (ce que les personnes appellent parfois “puissance supérieure”.
Il peut crier comme le psalmiste “Sonde-moi O Dieu et connais mon coeur , éprouve-moi et connais mes pensées, regarde si je suis sur une mauvaise voie et conduis-moi sur la voie de l’Eternité.
N’importe qui, au creux de la nuit peut prononcer cette prière.
Personnellement, je crois que “celui qui cherche trouve” et que les clefs pour faire la clarté dans nos vies sont accessibles. La foi (la confiance), l’authenticité et la transparence, l’humilité pour accepter ce que nous ne pouvons pas changer et le courage pour faire un pas en avant sont des qualités importantes quand on veut sortir du brouillard, comprendre nos propres désirs.
Quand nos rêves perdus sont enfermés à double tour, nous avons le sentiment que la vraie vie s’est arrêtée.
Jésus a dit “Je suis la lumière du monde, celui qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres mais il aura la lumière de la vie”.
A tout moment, il est possible de porter nos coffrets et leurs secrets à Dieu. Il nous parlera par des songes, des pensées, et pleins d’autres moyens pour nous amener à retrouver notre vrai “moi”.

Car l’Amour ne supporte pas les masques et Dieu s’emploiera avec douceur à nous aider à les retirer… si nous le désirons.

Chapitre 2 – Une vie sous influence ?

librairie un amour extravagant“Elle avait commencé à feuilleter la brochure, s’arrêtant sur les illustrations et les photographies, quand soudain, elle s’était sentie mal à l’aise.”

La brochure = le déclencheur

Savez-vous que votre cerveau enregistre tout. Savez-vous que vos choix ne dépendent pas seulement de votre intelligence et de votre volonté mais sont influencés par des sensations, des émotions elles-mêmes provoquées par des stimuli souvent inconscients.

Ne négligez pas les signaux d’alarme.

Une image, un son, un mot… Comme la petite madeleine de Proust. Nous ne savons pourquoi nous éprouvons de la joie, du dégoût, de la peur ou de la tristesse.

Il y a les soirs d’été, l’odeur du foin coupé qui nous rappelle nos virées dans les bois avec nos petits amis.
Il y a des photos fanées d’ancêtres inconnus qui nous mettent mal à l’aise.
Il y a tant au fond de nos mémoires…