Chapitre 2 – La brochure

“Elle dénicha une place de parking à deux pas de la librairie, à l’ombre d’un grand platane. Le soleil matinal perçait et faisait miroiter son bracelet d’argent. Pour se faire pardonner après une querelle dévastatrice, sa mère avait glissé ce bijou de famille à son poignet sans un mot d’excuse : c’était la veille de son mariage, trente-deux ans plus tôt.
Alice se dirigea vers la boutique. La brochure de l’Ile rouge l’obsédait jusqu’au vertige.
Elle poussa la porte aux petits carreaux ternis et fut accueillie par le tintement aigrelet d’une sonnette. Le propriétaire, Célestin Courbet, était juché sur une échelle vertigineuse. Muni d’un interminable plumeau, le vieillard était en train d’épousseter une étagère couverte d’ouvrages en cuir repoussé. Une forte odeur de mastic et de térébenthine flottait dans l’air et agressa Alice.”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.